biosecurite.jpg

Bonnes pratiques sanitaires en centre équestre

Quelles que soient la date et les conditions d’ouverture de nos structures, nous devons nous y préparer. Notre groupe de travail biosécurité composé d’un médecin, d’une experte en biosécurité, d’une enseignante et d’un dirigeant d’établissement équestre vous proposent des idées concrètes pour sécuriser vos employés, vos cavaliers et leurs parents en vue de la reprise.

Ces recommandations ne sont ni des règles ni des vérités absolues, mais des outils à adapter à votre structure.

OBJECTIF#1
Assurer l’hygiène globale

L’élément le plus important pour garantir l’hygiène de tous est la mise à disposition de gel hydroalcoolique et d’un point d’eau avec savon dans plusieurs lieux de la structure : entrée, aires d’évolution, selleries, zones de rangement du matériel… Le personnel doit s’en servir très régulièrement et inciter les clients à faire de même.

·   Obligation de lavage de main ou d’utilisation du gel hydroalcoolique à l’entrée dans le club et à la sortie définitive. Cette consigne est rappelée par tous les moyens de communication avec les cavaliers.

·   Désinfection régulière des poignées de porte/interrupteurs/sanitaires etc à l’eau, l’alcool ou des ammonium quaternaires avec une action virucide …

·   Aération régulière de tous les espaces, au minimum une fois par jour ou la nuit, en particulier les pièces fermées.

·   Mise à disposition d’éléments de protection selon le protocole gouvernemental de déconfinement. En dehors de toute recommandation officielle, le port des gants ne doit être proposé qu’à un personnel préalablement formé : désinfection préalable des mains, geste correct pour les mettre et les enlever, changement de gants à chaque contact avec une nouvelle surface…

·   S’il n’est pas imposé, le port de masque peut être encouragé lors des phases de contact rapprochés entre cavaliers, parents et enseignants.

·   Rappeler les consignes concernant les gestes barrières par oral et à l’écrit, notamment par le biais d’un affichage.

·   Rappeler que l’accès à des personnes qui présentent les symptômes du Covid-19 est interdit, notamment de la fièvre pour les enfants et les accompagnants.

·   Le dirigeant se réserve le droit d’interdire l’accès à toute personne ne respectant pas l’ensemble des règles de bonne conduite.

OBJECTIF#2
Limiter le nombre de présents simultanés sur la structure

·   Un accompagnant par véhicule : dans la mesure où ils sont dans l’impossibilité de se rendre au centre par leur propres moyens, les cavaliers sont accompagnés d’une seule et unique personne,.

·   Les cavaliers et leur accompagnant doivent stationner sur le parking qui leur est réservé

·   Chaque cavalier entre seul au club, à l’exception des enfants de moins de 8 ans. Leur accompagnant respecte strictement les gestes barrières et la distanciation sociale.

·   Chaque cavalier reste dans l’enceinte du club un délai maximum d’arrivée et de départ des cavaliers avant et après l’activité : plus ou moins 15 minutes par exemple..

·   Les activités sont limitées à un certain nombre de pratiquants.

OBJECTIF#3
Gérer les flux de circulation

Il peut être intéressant de définir des groupes dans la clientèle présente au même moment, comme : cavaliers shetland/double-poneys/chevaux ou cavaliers de club/propriétaires…
On peut alors imaginer un plan de circulation qui limite le croisement entre ces groupes.

Exemple de mesures envisageables selon les structures :

·   Chaque groupe emprunte une entrée différente

·   Chaque groupe a accès à une seule aire d’évolution

·   Fermeture des lieux confinés, propices à une forte densité de population : club house, zone de détente en extérieur

·   L’accès aux sanitaires est encadré : marquages au sol ou contrôle par un salarié présent à proximité.

Il convient d’informer les clients en amont de leur arrivée dans la structure pour les rassurer et les sensibiliser aux règles.

·   Si un accès à un bureau est indispensable : marquage au sol pour respecter la distanciation sociale

·   Le tableau de monte, qui affecte les montures est situé à l’extérieur. Les cavaliers, accompagnants seront tenus de respecter des distances de minimum 1m entre chaque personne. Dans la mesure du possible, faire plusieurs tableaux pour limiter encore les rassemblements :  shetland vs double-poneys vs chevaux par exemple.

·   Prévoir un mode de communication dématérialisé (mail, téléphone, réseaux sociaux…) et promouvoir les paiements via internet afin de limiter les interactions humaines sur la structure, et de libérer du personnel pour les tâches de désinfection/contrôle des flux

OBJECTIF#4
Limiter les contacts avec le matériel

·   Supprimer le prêt de matériel. Les cavaliers et leur accompagnant s’engagent à venir avec leurs propres équipements : bombes, cravaches, bottes…

·   Encourager les cavaliers à venir avec leur propre matériel de pansage.

·   Si le niveau des cavaliers le permet, chaque cavalier prend à tour de rôle le matériel nécessaire dans la sellerie et va seller seul son cheval/poney dans son box.
Si le niveau des cavaliers n’est pas suffisant, que la configuration des lieux représente un risque pour la sécurité des cavaliers ou que les chevaux sont en stabulations : le moniteur met les chevaux à disposition des cavaliers, à l’attache voire sellés ou à disposition dans le manège/carrière, en respectant des distances >3m entre chaque cheval.

·   Les cavaliers emmènent leur monture dans le manège / carrière, si besoin avec l’aide du moniteur.

·   L’ accompagnant ne manipule pas les équidés afin de limiter les contacts. 

·   Seul le moniteur manipule le matériel pédagogique : barres, chandeliers etc.

·   Le matériel de préhension est déconseillé en cours.

·   Entre chaque cours, désinfecter le matériel réutilisé en contact avec la peau des clients : rênes, poignées…

·   Laisser un maximum de portes ouvertes comme les selleries afin de limiter les contacts avec les infrastructures.

·   Ne pas laisser de matériel provoquant des contacts prolongés à disposition : chaises, stylos, tuyau de douche…

·   Seul l’enseignant manipule le tuyau de douche. Les cavaliers amènent un à un leur monture.

Anne de Sainte Marie remercie le groupe de travail BIOSECURITE à l’origine de ce document.

Dr. Jean MEYBLUM
Médecin hospitalier

Camille VERCKEN
Experte en biosécurité

Baptiste AUCLAIR
Dirigeant de poney club

Ambre THUILLIER
Enseignante d’équitation

Laurence GRARD GUENARD illustre la biosécurité pour les enfants. Retrouvez ses dessins sur sa page page FB “Moi, Charlie, MInipoon”